Pour m’aider moi-même

Une liste à afficher sur le frigo (télécharger une version pour imprimer)

1. Dire merci à tout et à tous ; autant à ce qui me fait souffrir qu’à ceux qui me frustrent.

2. Me demander comment utiliser le cadeau incroyable qu’est cette journée.

3. Considérer le moment présent comme le moment le plus important au monde, et savourer le bonheur que cela m’apporte immédiatement.

4. Tout faire dans l’amour : que j’agisse pour quelqu’un d’autre ou pour moi-même.

5. Pour prendre de meilleures habitudes, morceler tout projet en étapes plus petites.

6. Voyager léger : emporter moins de craintes avec moi.

7. Surmonter la procrastination en n’exécutant qu’une seule tâche à la fois.

8. Et penser à demander de l’aide.

9. Lorsque qu’une difficulté survient, considérer le malaise que cela fait naitre en moi comme tout à fait négligeable.

10. Me demander comment vivre librement tout en savourant la valeur unique de ma vie .

[Note DuTraducteur : l’article original en anglais par Leo Babauta, a été publié le 31 août  2016 sur http://zenhabits.net/ ; la traduction française est de Claude Séguin qui l’a aussi adapté.]

Changements intérieurs.

Regards autres sur le réel,

se sentir léger.

Une pensée sur “Pour m’aider moi-même”

  1. J’ai reçu quelques commentaires par courriel sur cet article.

    Les voici :

    = de Pierre S. : Merci Claude de prendre de ton temps pour nous partager ces prises de conscience, ma préférée : la cinquième, vu que je part bientôt. Quelle chance on a, même dans les moments les plus sombres.

    = de Pierre V. : Merci Claude. C’est très juste cette façon de vivre. J’ajouterai à ta liste de me souvenir de confier à ma puissance supérieure tout ce que je ne crois pas pouvoir faire par moi-même, mes angoisses, mes attentes, mes peines. Ça marche pour moi. Depuis que je le pratique, je n’ai jamais manqué de rien, mais j’ai aussi toujours fait ce que j’avais à faire sans (trop) procrastiner.

    = de Bernard D. : Merci, Claude, pour la traduction et l’adaptation de ce merveilleux article qui nous met en garde contre notre autosuffisance.
    Au plaisir de te lire de nouveau prochainement et de continuer à nous combler par le don de ces beaux cadeaux de grande inspiration spirituelle.

    = d’Andrée :
    C’est un beau programme. Édifiant. Je retiens les points 5 et 6 à mettre en pratique. Mais je t’avoue que le point 9 ne me rejoint pas. J’ai passé ma vie à tenter de faire le contraire : c-à-d reconnaître le malaise en moi et l’assumer afin de comprendre ce qui m’arrive. Selon moi, un malaise ce n’est jamais négligeable. Ne pas s’apitoyer sur son sort, oui, mais tout malaise est un symptôme à ne pas négliger pour passer à autre chose. C’est mon humble avis et mon expérience de vie.
    Je te souhaite une belle vie en 10 points.
    Auquel j’ai répondu : Merci de ton commentaire,
    Peut-être ai-je mal traduit : « discomfort » soit le contraire du confort, du très facile.

Laisser un commentaire, partager votre expérience,